Le vacarme des bombes et le silence de la Gauche

Chers ami(e)s, chers camarades,

Je m’adresse exceptionnellement à vous pour transmettre toute mon indignation au regard de la position politique défendue par les principaux représentants de la Gauche française concernant la situation en Libye.

Je suis outré par l’attitude irresponsable de nos représentants politiques qui ont commis une grave erreur en cautionnant, au sein du parlement européen, une position commune pour la mise en place de la résolution 1973 du conseil de sécurité de l’ONU.

Il faut ici rétablir une vérité et dénoncer un mythe : cette résolution n’a jamais eu pour objectif de défendre « le peuple »  libyen. La résolution et les pays à l’origine de cette initiative (La France, l’Angleterre et les Etats-Unis) avaient pour unique objectif d’obtenir un passe-droit pour s’immiscer dans les affaires internes d’un pays souverain.

Je réfute donc totalement les arguments défendus par la majorité des partis de gauche. Ils auraient dû dénoncer l’hypocrisie sans nom que constituait cette résolution de l’ONU. Les partis de gauche auraient dû dénoncer la manipulation et la propagande visant à nous faire croire qu’il n’y avait pas d’autres solutions alternatives à une intervention militaire.

Depuis quand l’ONU protège-t-elle les peuples en créant des zones d’exclusion aérienne?

Quelle résolution de l’ONU a permis la création d’une zone d’exclusion aérienne pour empêcher les avions et hélicoptères de Tsahal de bombarder les populations civiles de Gaza ?

Entre 1959 et 1975, quelle résolution de l’ONU a permis la création d’une zone d’exclusion aérienne pour empêcher les avions états-uniens de lancer des bombes de napalm sur le peuple vietnamien?

Depuis quand l’ONU prend-il parti pour un camp plus qu’un autre dans le cadre d’une guerre civile?

Quelle résolution de l’ONU a permis de soutenir ouvertement la guérilla zapatiste au Mexique en 1994 ? Quelle résolution a protégé les populations indigènes du Chiapas des massacres perpétrés par l’armée mexicaine à cette époque ?

Quelle résolution de l’ONU a permis de soutenir ouvertement la guérilla sandiniste en lutte contre le dictateur Somoza au Nicaragua en 1978?

Quelle résolution de l’ONU a permis de soutenir la guérilla cubaine en lutte contre la dictature de Fulgencio Batista en 1958?

« Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage. » Jaurès

Notre devoir de militant internationaliste n’est pas de défendre l’intervention de nos armées impérialistes (sous quelque mandat que ce soit) mais de défendre l’inaliénable droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, le dialogue, la médiation et la paix. La lutte armée, la guerre ou toute intervention militaire est pour nous, citoyens internationalistes, depuis toujours le dernier des recours. Faudrait-il le rappeler?

Entre la passivité et une intervention militaire, il y avait plusieurs issues possibles et notamment la proposition de médiation proposée par les présidents Latino-Américains et ignorée par l’ONU,  le monde entier, à commencer par nos partis de gauche. Alors que près d’un mois avant que ne tombent les premières bombes, Fidel Castro (1), les présidents Chavez (Venezuela), Correa (Equateur), Morales (Bolivie), Ortega (Nicaragua) avaient prévenu le monde entier des menaces impérialistes qui planaient sur la Libye et le peuple libyen.

AUCUN PARTI POLITIQUE en France n’a relayé ces analyses. AUCUN PARTI POLITIQUE en France, n’a soutenu l’initiative de paix présentée par ces présidents d’Amérique du Sud. L’histoire aujourd’hui leur donne raison.

Quand bien même cette initiative aurait échoué, elle nous aurait permis d’être à l’origine de mobilisation pour la paix et pour la défense de la souveraineté du peuple libyen. Cette posture politique nous aurait donné, aujourd’hui, la possibilité de faire barrage aux motivations impérialistes de Nicolas Sarkozy et de l’UMP.  Maintenant que la Gauche française a cautionné l’intervention militaire, elle est dans une impasse.

Où est la cohérence, entre la position politique de la gauche aujourd’hui et nos actions d’hier, lorsque nous dénoncions l’entrée de la France dans le commandement intégré de l’OTAN, initiative de l’UMP qui annonçait clairement des prétentions impérialistes futures?

Je suis convaincu que nous aurions véritablement aidé le peuple libyen en tenant en laisse notre chien de guerre de président.

« La liberté de la presse s’arrête là où commence mon droit à une véritable information », VD

Ce qui me frappe, c’est l’illusion qu’arrive à créer nos adversaires politique, en nous faisant croire que nous connaissons tout et comprenons toute la complexité politique qui existe en Libye.

Qui est capable de situer la Libye sur une carte? Qui est capable de décrire les régions de ce pays? Qui connaît la date de l’indépendance de la Libye et les conditions historiques dans laquelle elle se réalisa? Qui est en mesure d’expliquer les projets politiques des deux camps qui s’affrontent aujourd’hui en Libye?

Il serait intéressant de demander au 60% de français qui soutienne l’intervention militaire en Libye de répondre aux questions précédentes pour savoir sur quels éléments ils fondent leur opinion.

Je suis étonné de la facilité avec laquelle le citoyen lambda est capable d’affirmer avec conviction que Kadhafi est le méchant et que les habitants de Benghazi sont les gentils (2). D’autant plus lorsque l’on sait que l’opinion publique est forgée à partir des informations fournies par le journal de 20h, 20 minutes ou direct matin.

Il convient de rappeler que 70% des dépêches qui circulent dans les rédactions du monde entier proviennent d’agences de presse situées aux Etats-Unis et en Europe.

Compte tenu des contraintes de temps imposées aux journalistes pour effectuer leur travail, il est humainement impossible de pouvoir vérifier la véracité de toutes ces dépêches. Par conséquent, il faut être vigilant sur les informations fournis par les mass-médias.

Quand on connait également le besoin pour les forces impérialistes de préparer le terrain de l’opinion publique pour donner une légitimité à une intervention militaire où que ce soit (par ex : Armes de destruction massive en Irak), il faut être doublement vigilant.

L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme

Le soir des premiers bombardements en Libye, en l’espace de quelques heures, le pays qui a comme Président le prix Nobel de la paix, a envoyé 110 missiles Tomahawks (3). Sachant qu’un seul de ces missiles coûte 569 000 dollars.  Cela fait donc 62,59 millions de dollars qui sont partis en fumée pour détruire des vies humaines.

Alors que ces dernières années, la droite enterre petit à petit le programme du conseil national de la résistance sous prétexte que les caisses de l’Etat sont « vides » et que nous sommes en pleine crise (du capitalisme). Combien de millions d’euros qui ne seront donc pas investis dans le logement ou la santé, sont actuellement gaspillés pour assouvir les prétentions impérialistes de la droite française ???(4) Qui dénonce cela?

Un peuple a le droit et le devoir de s’insurger pour renverser un gouvernement qui viole ses droits fondamentaux. En revanche, une armée étrangère, l’ONU, le Pape ou la Gauche française ne peuvent pas se justifier,  se vanter d’user ou même de déléguer ce droit.

La position politique défendue par nos représentants de gauche cautionne le deux poids, deux mesures de l’ONU et de l’UMP. Ceci est intolérable.

Par respect et solidarité pour nos frères Libyens qui sont les seuls à pouvoir décider du futur politique de leur pays, je refuse de cautionner la position de nos représentants de gauche.

Mobilisons-nous camarades pour dénoncer l’hypocrisie de l’ONU et l’impérialisme « humanitaire » de la droite.

Défendons la souveraineté nationale et la paix en Libye.

Fraternellement,

Miguel

Sources:

(1): http://www.legrandsoir.info/Le-plan-de-l-OTAN-est-d-occuper-la-Libye.html

(2): http://www.legrandsoir.info/Bombarder-la-Libye-de-1986-a-2011-Countercurrents.html

(3) : http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5j2l3a0BG7QXcmFeMeoXoG5zxLcVA?docId=CNG.27b1069401b8b574be3606496b0f4aa9.661

(4): http://lexpansion.lexpress.fr/economie/ce-que-coute-la-guerre-en-libye_251160.html

Ce contenu a été publié dans Politique & société. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Le vacarme des bombes et le silence de la Gauche

  1. manik dit :

    Merci elnecio pour ton texte.
    De même en ce moment je suis très étonné de l’absence de débat dans les médias et la scène politique autour de l’intervention en Côte-d’ivoire.
    Je ne connais pas assez la situation de ce pays pour en juger, mais pour quelles raisons la France et l’ONU interviennent maintenant ? Une petite phrase dans un article du Monde révèle peut-être ce qui se passe réellement : « Avec Gbagbo, les Occidentaux avaient un pied dans le pays. Si Ouattara est président, ils auront les deux pieds, les mains et même la tête chez nous ».

    Bien sûr, Gbagbo en joue et présente Ouattara comme candidat des occidentaux, mais les derniers événements ne peuvent que renforcer cette image aux yeux des ivoiriens.
    D’après ce que j’avais lu à l’époque, l’élection présidentielle a souffert de nombreuses fraudes de la part des deux camps, mais la commission électorale a choisie de la valider quand même en disant plus ou moins que les fraudes étaient équilibrées dans les deux sens… Les intérêts économiques des occidentaux en Côte d’ivoire seront sans doute mieux pris en compte par un candidat qui a été économiste au FMI (!), a mené une politique de rigueur budgétaire quand il était ministre et qui a tant bénéficié de leur soutien médiatique et militaire. Même si Gbagbo est loin d’être un ange, je ne pense pas que Ouattara soit nécessairement le héros de la démocratie qu’on nous présente…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*